Centre Hospitalier Hautepierre, Strasbourg

Institut régional du cancer et plateau médico-technique

Maîtrise d’ouvrage
Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Maîtrise d’œuvre
Architecte : Groupe 6
BET : Ingérop
BET : Développement durable / HQE : Solares Bauen
OPC : AIA Management – cotraitant : C2BI

Programme
Construction de deux bâtiments en simultané en liaison avec l’existant.

Le plateau médico-technique locomoteur (9 niveaux, 41 200 m2 SDO), comprenant notamment une plateforme logistique, un parking, une stérilisation centrale, un amphithéâtre de 150 places, 32 salles opératoires, un étage technique, un hôpital de jour de 30 places, une unité de surveillance de 16 lits, 6 unités d’hospitalisation de 28 lits chacune, des bureaux et locaux supports pour l’ensemble.

L’institut régional du cancer (7 niveaux, 30 100 m2 SDO), comprenant 6 bunkers destinés à recevoir des accélérateurs de particules, un secteur de médecine nucléaire, un parking, un espace d’accueil, un secteur destiné aux consultations externes, oncologie et hématologie, un hôpital de jour en oncologie et hématologie de 72 places, une unité d’hospitalisation de 122 lits, trois unités d’hospitalisation spécialisées de 38 lits , des bureaux et locaux supports pour l’ensemble du bâtiment

Surface
71 300 m2 SDO

Coût
149,5 M€ HT

Calendrier
Livraison : 2018

Le choix du maître d’ouvrage de recourir à une mission d’OPC forte est récompensé : lancé en 2011, le chantier hospitalier strasbourgeois est livré en décembre 2017, dans les délais impartis et avec un budget maîtrisé.

Le maître d’ouvrage a fait le choix de se doter d’une solide mission d’ordonnancement pilotage coordination, composée de trois personnes à plein temps sur le site, et ce, malgré la présence de macro-lots : un lot architectural, un lot courants faibles / courants forts et un troisième lot CVC plomberie, auxquels s’ajoutaient sept autres petits lots à caractère plus médical.

Mené à l’échelle de la Métropole de Strasbourg, ce chantier de grande ampleur présentait plusieurs spécificités : contigu à un site hospitalier en fonctionnement, il fallait prendre en compte toute la complexité liée à un site occupé, gérer les risques du chantier vers l’hôpital ou de l’hôpital vers le chantier, respecter les délais très contraints pour une telle opération, qui se voulait terminée en quarante-deux mois, assurer un ordonnancement important au regard d’un bâtiment structurellement complexe…

Le contrôle maximal déployé par AIA MP a favorisé la maîtrise économique du projet, grâce à un reporting quotidien, un cadencement, une maîtrise documentaire, qui inclut par exemple le suivi quotidien des intempéries. Assumant un rôle d’animateur et de facilitateur entre les trois macro-lots, AIA MP était constamment en situation de faire des arbitrages justes et précis sur tout ce qui pouvait générer des surcoûts. Le maître d’ouvrage a ainsi bénéficié d’une gestion très pointue de l’organisation et d’un suivi très rigoureux qui permettait de contrôler les éventuelles contestations ou demandes de modifications des entreprises.

La prévision réelle et réaliste sur cette opération de longue haleine a permis de gommer les aléas qui peuvent survenir sur ce type d’opération. Cela s’est traduit par exemple par la quantification exacte des effectifs professionnels présents sur le site et le dimensionnement millimétré de la base de vie, et donc sans surcoût.

Le succès de cette maîtrise des délais et du budget est le fruit d’un travail d’équipe, avec une maîtrise d’ouvrage présente, volontaire, juste et professionnelle, et une équipe de maîtrise d’œuvre de conception d’une grande qualité. Cette alchimie a permis, dans la forme d’un macro-lot, de montrer la pertinence de la mission OPC.

+