Hôtel Radisson Blu

Nantes

Maîtrise d’ouvrage
Cogedim pour Radisson

Maîtrise d’œuvre
Architecte : DTACC
BET : SFICA
Maîtrise d’œuvre d’exécution : AIA Management

Programme
Réhabilitation et reconversion d’un édifice du XIXe siècle en hôtel de luxe

Surface
11 000 m2

Coût
21 M€

Coût
Livraison 2012

L’ancien palais de justice de Nantes, au cœur de la ville, est devenu un établissement hôtelier de luxe. La réhabilitation de cet édifice du XIXe siècle, conçue par le cabinet DTACC et réalisée par le promoteur Cogedim, représente 21 millions d’euros portés par AXA. Outre ses 142 chambres, l’établissement de 10 000 m² propose un restaurant gastronomique, un espace fitness et des salles de conférence. C’est aussi le premier hôtel d’Europe dans un ancien palais de justice dont l’architecture est profondément retravaillée : l’architecte du projet a voulu casser l’austérité du bâtiment en installant de grandes serres verticales sur câbles à l’intérieur et en en supprimant les grilles.

AIA Management a été retenu par Cogedim pour assurer la maîtrise d’œuvre d’exécution (DET, OPC, AOR, PA).

Ce projet, par ses nombreuses contraintes et par son ambition architecturale, peut être qualifié d’ouvrage « hors norme ».

La reconversion d’un bâtiment historique en plein centre-ville, dont seules les façades ont été conservées et rénovées, a nécessité en phase d’études de prendre toutes les précautions pour faciliter ultérieurement et sans litige l’intervention des entreprises.

L’intervention d’AIA Management a débuté par la mise en place de l’organisation du futur chantier, le planning des travaux et la réalisation du témoin. La proximité de la maison d’arrêt a nécessité de positionner judicieusement la grue et la base de vie sur la place Aristide-Briand et de prendre en charge de nombreuses demandes administratives.

Les concepteurs du bâtiment ont repensé tous les volumes intérieurs en ne modifiant qu’à la marge l’aspect extérieur du bâtiment : un entresol en haut du premier étage permet d’accueillir toute la technique du bâtiment, tandis que chaque chambre, chaque espace, est unique par sa géométrie, son aménagement, son exigence. La qualité de la mise en œuvre a nécessité un suivi très particulier pour s’assurer de la parfaite isolation acoustique des chambres situées sous les centrales de traitements d’air. De même, le chargement de la verrière, tout en conservant le hors-d’eau du bâtiment, a demandé la conception d’un échafaudage spécifique et une organisation de chantier précise.

Un phasage ajusté a été mis en place pour permettre de cerner au mieux les nombreux aléas et particularités de ce projet à l’exigence architecturale forte et au planning serré.

Quelques points techniques méritent d’être cités :
– le choix de la conservation des planchers bois existants et la complexité des mises en œuvre des différents systèmes de protection acoustique et feu ;
– la reprise en sous-œuvre du bâtiment dans la salle des pas perdus conservées à l’identique ;
– la synthèse des réseaux dans les combles du bâtiment et toute la complexité de la gestion des relevés des existants réservant des surprises après démolition.

La mission de maîtrise d’œuvre d’AIA Management, outre le contrôle général d’exécution des travaux et le pilotage du chantier, a été d’animer l’intervention des architectes, bureaux d’études et architectes d’intérieurs, tout en restant force de propositions, de solutions et d’anticipations et de s’assurer du respect de l’œuvre des concepteurs dans les moindres détails.

L’engagement d’AIA Management sur cet ouvrage complexe de maîtrise d’œuvre d’exécution a été total et a demandé la mise en place d’une équipe de 6 collaborateurs à plein temps sur site dans les moments critiques du calendrier. C’est ainsi que l’opération a pu être livrée dans les meilleurs délais, avec un budget contenu et un niveau d’exigences élevé.

+