Lycée agricole et horticole, Saint-Germain-en-Laye

Maîtrise d’ouvrage
Région Île-de-France

Maîtrise d’œuvre
Architecte : Cabinet Art’Ur
BET : SFICA
OPC : AIA Management

Programme
Réfection des serres agricoles et horticoles et restructuration complète, mise aux normes techniques, hygiène, sécurité incendie, accessibilité aux handicapés, modernisation de la restauration du lycée, intégration stationnement et traitement des abords.

Surface
Sur plusieurs hectares avec différents bâtiments.

Coût
27,8 M€

Calendrier
Livraison : 2017

Un chantier atypique pour un lycée atypique
AIA Management a été retenu pour assurer la mission OPC de ce vaste chantier dont la particularité résidait dans l’ouverture quotidienne du lycée au public et son fonctionnement 24 heures sur 24. Cette spécificité était liée à la présence d’une fleuristerie ouverte 6 jours sur 7, d’une route « publique » permettant d’accéder au pavillon de la commune de Chambourcy et d’un internat proposant une offre d’hébergement et de restauration tout au long de l’année. Enfin, le lycée agricole et horticole de Saint-Germain-en-Laye est implanté sur le site plaine de la Jonction, classé depuis 1938.

Un chantier vaste et multiple
L’emprise foncière s’étend sur plusieurs hectares avec différents bâtiments. Les travaux ne concernent pas uniquement le lycée, mais aussi les bâtiments annexes tels que la Décoration florale, les logements de fonction, l’exploitation et les serres.

Ce contexte particulier a nécessité la mise en place d’outils de suivi et de communication comme des fiches d’intervention, des fiches incidents (origine, mesures conservatoires, incidence chantier) ainsi qu’un suivi des demandes utilisateurs (sécurité, confort…).

Une organisation spécifique de la circulation au sein de l’établissement a été mise en place et a fait l’objet de points réguliers entre le SPS et les utilisateurs afin d’optimiser les cheminements piétons et véhicules.

Le chantier a été organisé en trois phases afin de prendre en compte l’interface entre les différents bâtiments (réseaux VRD, SSI…) et la présence de l’internat. Des bungalows supplémentaires ont été mis en place pour pallier le manque de salles de classe et de bureaux pendant la phase travaux.

Le planning initial reposait sur trois phases (treize, treize et douze mois) pour un délai de trente-huit mois. La première phase, prévue sur treize mois, a compté un retard de l’ordre de vingt mois dû à des reprises des EP non prévues au marché, à la fourniture tardive du gaz et à des défaillances prestataires. En collaboration avec la MOE, AIA Management a modifié le phasage pour résorber au maximum le retard. Ainsi, en intégrant en phase 2 une aile du lycée qui était prévue en phase 3, le phasage technique s’en est trouvé simplifié, et cinq mois ont été gagnés sur le planning global. Pour ce projet complexe, AIA Management est allé bien au-delà de la simple mission OPC en s’investissant fortement dans la technique.

+